Family Piknik 2018 : Une nouvelle famille

Written by Mathieu Brochier on 19 août 2018


Pas de vacances pour une partie de l’équipe de Bloc Radio qui a dû subir le supplice d’aller profiter du bon son par un bel après-midi d’été. Retour sur cette terrible punition à Montpellier, au grand pique-nique annuel où la techno et la house étaient les plats de consistance de ce menu gourmand.

Rafraîchissement salvateur devant la FP Stage

Guidée par les agents de police et la sécurité du festival, notre arrivée sur les lieux se fait dans une douceur agréable. Le tracé est clair et les parkings ingénieusement ouverts au fur et à mesure. Toutes dimensions comparables, on est loin du petit chaos de stationnement rencontré à l’Electrobeach, par exemple. À l’entrée, l’attente est courte et les systèmes son des scènes Hexis et FP se font déjà bien entendre. On ne peut s’empêcher de penser aux efforts qui ont dû être déployés, peut-être en dernière minute, pour pallier les fortes chaleurs qui dominent dans la région depuis plusieurs jours. Juste après les contrôles, un jet d’eau rafraîchit déjà les festivaliers. Arrosages, eau potable, coins d’ombres, la canicule est parfaitement gérée.

S’il y a bien quelque chose qui nous marque lors de nos premiers pas, c’est l’atmosphère. Ici, pas de show scénographique à tomber par terre, pas de Mainstage démesurée. Ce n’est tout simplement pas le propos. Le festival porte bien son nom. Un pique-nique en famille avec de la bonne musique au milieu des arbres du parc Grammont, voilà la promesse de Family Piknik. Disons-le tout de suite, elle est largement tenue ! Expliquer à l’écrit n’est pas chose aisée. Pourtant, l’ambiance est tellement conviviale qu’on se croirait invités dans une grande bande de potes !

À table !

Marco Carola déclenche une tempête de poussière

La musique nous appelle et on ne peut que constater la grande qualité du line-up que l’on nous avait promis. Il faut être en piste dès midi pour profiter des sets de Luciano et Patrice Baumel. Le premier nous arrose d’une groovy house d’été entraînante tandis que le néérlandais adepte des débardeurs trop grands nous promène des profondeurs de la progressive house jusqu’à des sonorités plus techno. Mention spéciale pour le fameux titre “Shadows” de &Me. Il y a longtemps que nous sommes fans du bonhomme, cette mise en bouche est délicieusement hypnotisante. Une belle évolution qui laisse place dès 14h à la sombre et violente Miss Kittin qui appelle alors l’obscurité avec des tracks pour le moins tourmentés. Elle termine sur quelques notes plus légères, parfois funky, mais il est déjà trop tard… En montagne, l’orage entend ses chants et commence à gonfler. Le soleil est implacable au parc Grammont et les degrés montent encore pendant le b2b de Tom Pooks et Joy Kitikonti qui nous font profiter du tube techno de cet été, l’incroyable “Your Mind” de Adam Beyer. Le très attendu Marco Carola prend le contrôle de la scène Hexis à 16h et nous délivre un set énergisant de trois heures, rien que ça ! Le soleil entame sa longue descente vers l’horizon et le sunset prend des couleurs vives durant le set de Hot Since 82, un brin plus calme. Souvent planant, parfois profond, l’anglais nous fait voyager alors que la météo s’agite en arrière-plan. La faute à Andhim et ses terribles incantations tribales qui sont diffusées en face, sur la FP Stage. Son excellent set rempli de percussions brulantes finit par installer l’orage au-dessus du parc Grammont et des festivaliers.

Tout est dans le détail

Plus fort que les merveilleux sound-system installés sur les deux scènes, le tonnerre vient avertir le public plusieurs fois avant de laisser place au déluge. La musique s’interrompt. Pendant près d’une heure, la foudre taquine le parc, sans jamais le toucher. La pluie persiste et force les organisateurs à mettre un terme à cette édition du Family Piknik, privant Black Coffee, Claude vonStroke, Dominik Eulberg et Christoph de leur performance. Il est inconcevable de pouvoir leur en vouloir pour cette décision tant l’orage fût violent et surtout inattendu ! En revanche, on peut s’attendre à ce qu’au moins un des DJ privés de platines puisse s’exprimer au Milk, club ou se déroule l’after, situé à Montpellier. Arrivés sur place, on est un peu déçus de constater que personne parmi ces quatre ne monte sur scène. Cebb est le dj qui obtient notre petit coup de coeur pour cet after malgré tout sympathique.

Sublimes créatures

Les créatures du crépuscule s’aventurent parmi les festivaliers…

Toute la journée, des créatures loufoques apparaissaient ici et là. On a eu une petite pensée pour ceux qui souffraient à l’intérieur des costumes en plein soleil, mais les thèmes étaient très originaux, pour ne pas dire époustouflants. Chaque apparition nous laissait sans voix. Les cavaliers sur flamants roses provenant d’un monde parallèle désertique ont retenu toute notre attention en fin de journée. Incroyable.

Pendant ce temps, les absents qui avaient piscine pouvaient profiter du festival en direct à la télévision française, grâce au travail génial de Clubbing TV.

Nous n’avons pas eu l’occasion de manger à l’un des nombreux food trucks présents mais on nous a soufflé qu’ils sont sélectionnés avec soin. Au bar, peu d’attente et les boissons étaient proposées à des prix très raisonnables. Le système cashless quant à lui s’est montré stable et efficace. Todo bien !

On y retourne ?

Forts de leurs 6 années d’expérience, le créateur Tom Pooks et son équipe ont présenté en 2018 une 7ème édition convaincante, à l’organisation plus que solide. En festival, il est rare d’avoir cette impression que le staff cherche à prendre soin des festivaliers mais c’est bien le cas à Family Piknik. Tout était fait pour qu’on se sente à l’aise et les équipes sont attentives sur les remarques qui leur sont faites pour améliorer l’évènement d’année en année. Ajoutons à cela un concert gratuit le vendredi avec un line-up déjà très fourni, une pool party la veille, une soirée exceptionnelle début juin à l’aéroport de Montpellier… Vous obtenez un concept déjà bien au point et grandissant encore d’année en année. Merci à Christophe Gimenez et à Ludovic Rambaud pour ce beau dimanche. Merci également à Walid pour son accueil en zone presse !

On s’y voit l’année prochaine ?


Continue reading

Bloc Radio

24h/24

Current track
TITLE
ARTIST

n/a