Hope Festival : une première édition pleine d’espoir

Written by Gaël on 1 octobre 2018


Se déroulant le 21, 22 et 23 septembre, le Hope Festival est un événement réunissant musique et action caritative à Toulouse. Pour sa 1re édition, celui-ci proposait une ambiance hip hop/urbaine le jeudi 21. Les vendredi 22 et samedi 23, étaient plus électro avec des DJ  français comme Antoine Delvig, Damien N Drix, Mosimann ou Tony Romera et de grosses têtes d’affiches comme Dimitri Vangelis & Wyman, Shapov, Sunnery James & Ryan Marciano ou encore Fedde Le Grand. Retour sur les deux journées électro et cette belle programmation digne des meilleurs festivals de l’été.

Solidarité

Le concept du Hope Festival repose sur l’idée réunir des milliers de festivaliers pour la bonne cause. La naissance du projet nous vient de la direction de l’Opium Club, discothèque incontournable des nuits toulousaines. Le principe est de reverser l’intégralité des bénéfices des entrées du festival à la Maison des Parents de Toulouse.
Ce lieu permet à des familles de rester à proximité de leurs enfants malades et hospitalisés et propose de multiples activités afin de faire oublier la routine et  la dureté du milieu hospitalier. Pour soutenir le mouvement, de nombreux artistes ont accepté de participer gracieusement au festival.

Chers voisins…

C’est 5000 festivaliers qui ont répondu présent à l’appel du dancefloor, situé à l’Hippodrome de Toulouse, pour une accessibilité idéale par transport en commun. Sur place, une scène avec plusieurs écrans LED était dressée pour l’occasion. L’espace VIP, lui, était sur le côté, dans les tribunes de l’hippodrome. Au-delà des stands de boissons et de restauration, il y avait  des espaces pour s’assoir et s’allonger, pour notre plus grand confort. L’organisation du Hope avait installé un photocall derrière la scène, et enchaînait les interviews des artistes set après set.

À notre arrivée le vendredi, nous avons été surpris de constater une modification du line-up. La durée du festival a été raccourcie, terminant à minuit au lieu de deux heures du matin. Ce changement faisait suite à des plaintes du voisinage en lien avec les nuisances sonores. La prestation de Chocolate Puma a ainsi dû être déplacée au sein de l’Opium entre une heure et deux heures du matin, dans la nuit de vendredi à samedi.

Ambiance crescendo

Pour sa première édition, le Hope Festival proposait des artistes d’univers musicaux variés, afin de toucher un maximum de public Ainsi, lejeudi, une ambiance plus urbaine était programmée. Malgré un public moins nombreux que les deux jours suivants, le Hope a démarré sur des ondes positives. DJ Getdown, Cutkiller ou encore DJ Bens ont imposé leur savoir faire.  Le célèbre percussionniste de nombre de DJ internationaux, Nebat Drums, était de la partie. En fin de soirée, Willy William a fait danser même les plus récalcitrants. Cesqeaux et Aazar ont terminé en beauté ce jour 1.

Retrovision

Pour le second jour, un public plus nombreux mais encore timide a investi l’hippodrome. Malgré de très bons sets de la part de Antoine Delvig et Damien N Drix, les festivaliers on prit leur temps pour se rapprocher de la scène. Puis c’est Mosimman et Henri PFR, en B2B improvisé, qui ont réellement chauffé tout le monde ! Grâce à leur show dynamique, le festival toulousain a pris vie. Pour terminer, les mélodies de Shapov et les sons afro-electro-house de Sunnery James et Ryan Marciano ont donné aux festivaliers leurs premiers émois.

Timetable du Hope Festival 2018

Réussite totale pour ce troisième et dernier jour avec un parterre rempli comme il se doit. Le public a répondu à l’appel de la fièvre du samedi soir.
Retrovision et Tom Tyger ont préparé gentiment les festivaliers à ce qui allait leur arriver. Le boucher de Lyon, Tony Romera, a complètement retourné le festival avec ses musiques plus incisives les unes que les autres. Une boucherie qui semblait plaire aux participants qui ne manquaient pas une occasion de sauter dans tous les sens. Kryder, pour poursuivre, fait un peu redescendre les ardeurs de la foule avec un set plus mélodieux, avant que ne frappe la tempête suédoise Dimitri Vangelis & Wyman qui, pour nous, nous ont offert le meilleur moment de ce festival. Une atmosphère incroyable s’est dégagée de ce set : tout le monde sautait, dansait et surtout chantait chaque mélodie… Un frisson incroyable.
Pour finir en beauté l’expérience, Third Party et Fedde le Grand ont su tenir la foule jusqu’à l’arrivée de Jay Hardway qui a clos ce festival sur des notes électro.
Des danseuses, échassiers, cracheurs de feu, personnages imaginaires et autres performers étaient présents et ils ont su ajouter encore plus de magie au spectacle.

Notre TOP 3 set DJ internationaux

1- Dimitri Vangelis & Wyman
Et d’un coup le dancefloor s’enflamme… Dimitri Vangelis & Wyman viennent de monter sur scène. Le public n’a pas cessé de chanter et sauter pendant l’heure de set. Une énergie folle s’est emparée de l’hippodrome.
Les suédois ont enchaîné les tubes et dès les premières notes de leur titre “ID2“, on pouvait entendre la mélodie chantée par tout les festivaliers. Une ambiance incroyable que Toulouse n’est pas prête d’oublier.

2 – Shapov
Avec ses mélodies envoûtantes, le jeune russe a su imposer son style aux Toulousains. Malgré la pluie qui essayait de s’inviter pendant le set, l’ex-membre de Hard Rock Sofa a joué ses tracks avec un entrain incroyable. Son set est passé à une vitesse incroyable et son titre le plus connu “Belong” s’est fait attendre. Heureusement, ce petit chenapan nous l’avait gardé pour la fin et l’a joué pour le plus grand plaisir des festivaliers qui ont chanté les paroles en choeur.

3 – Sunnery James & Ryan Marciano
Des touches de musiques africaines, brésiliennes, latines… Une musicalité particulière qu’on adore chez ces deux néerlandais. Grâce à ce métissage musical et à leur énergie débordante, le duo a su conquérir le public et faire danser le plus grand nombre. Avec Sunnery James au
micro, l’ambiance était assurée ! Ils n’ont pas manqué de nous faire tous accroupir avant de déclencher un énorme élan de “jumping”.
L’association avec Armin Van Buuren a permis à ce duo d’enchaîner les tubes comme “You Are” ou ” Sex, Love & Water“, des titres que le public affectionne et le fait savoir : ça chantait à tue tête !
Une heure de mix pleine de couleurs musicales et de bonne humeur communicative comme on les aime. Ce set a été prolongé à l’Opium Club le soir même et il fut également une grande réussite avec une discothèque pleine !

Le TOP 3 set DJ français

1- Tony Romera

Le boucher comme on l’appelle, fidèle à son image, nous a surpris avec une introduction de set très originale : une petite musique d’attente «la boucherie Romera ouvrira ses portes dans quelques instants…” Il a ensuite enflammé la foule et rassemblé les gens.
Son set puissant et agressif nous a régalés et a réellement lancé le troisième jour. Nous sommes fiers d’avoir un tel artiste à Lyon.

2- Le B2B improvisé Quentin Mosimann et Henri PFR

Mosimann b2b Henri PFR

L’artiste complet qu’est Mosimann associé à Henri PFR nous a offert un véritable show.
Il a enchaîné chant, piano et divers sauts sur la scène, sans oublier la véritable complicité entre les deux DJs qui a rendu ce set complètement dingue !

3- Antoine Delvig

Antoine Delvig

Troisième lyonnais du classement, Antoine Delvig nous a offert un set puissant comme à son habitude ! Petit bémol, les festivaliers manquaient à l’appel. Il commençait à 19h15 alors qu’une grande partie du public est plutôt arrivée un petit peu plus tard.

Rendez-nous les décibels !

Pour une première édition, le Hope festival a frappé fort ! Nous avons eu l’occasion de rencontrer John Spano (DJ résident de l’Opium et co-organisateur de l’évènement) qui nous a confirmé que les festivaliers avaient été très respectueux entre eux et respectueux des lieux. Seuls certains artistes comme Antoine Delvig, Rétrovision, Tony Romera, Mosimann et Henri PFR ont joué le jeu d’aller à la rencontre de leurs fans. On aimerait que les artistes soient plus accessibles aux fans.

Le son, gros bémol du festival. Les équipes du Hope ont malheureusement dû respecter les consignes, mais le son manquait clairement durant certains sets. Des restrictions qui n’ont pas rendu justice aux artistes concernés. Croisons les doigts pour que les soucis de voisinages soient résolus d’ici la prochaine édition.

Merci !

Merci aux organisateurs pour cette belle première édition et remerciements particuliers à notre interlocuteur Olivier Brilleau, responsable média du festival et de nos confrères de ClubbingHouse qu’on salue ! L’équipe de Bloc Radio a été complètement conquise par ce festival aux couleurs solidaires. L’ambiance et la musique étaient au rendez-vous.
On a déjà hâte de savoir qui viendra se produire sur la scène du prochain Hope et d’aller taper du pied sur le sol toulousain… Ou ailleurs ?


Bloc Radio

24h/24

Current track
TITLE
ARTIST