Family Piknik 2019 – Quel régal !

Written by Florian Grenier on 7 août 2019


Les trois et quatre août la Progressive et la Techno ont pris possession de Montpellier grâce aux incantations des organisateurs de Family Piknik, prêts à tout pour nous faire vivre deux jours de magie.

Samedi 03/08, Family Piknik organisait son Before, avec un apéro déjà bien copieux ! Nous avons pu profiter de 16h30 à 02h00 d’un voyage musical unique à travers les performances lives de tous les artistes présents à l’espace Grammont de Montpellier. Nicolas Moore, LKF Project, Sebass, Marc Romboy, Johannes Brecht, Agoria, Matador et Anna ont su nous faire danser et vibrer tout au long de la journée avec une évolution constante de sonorités allant de la progressive à une techno sombre et enivrante.

Agoria, hypnotisant la foule avec un live époustouflant

Dès ce before nous avons pu déceler la puissance de cet événement. Nous avons été immédiatement immergés dans l’esprit de ce festival qui se veut familial, détendu et où le sourire est de mise. Nous avions déjà hâte de revenir quelques heures plus tard pour la grande messe du dimanche !

Anna, pour le closing du Before

Et le grand jour est enfin arrivé. Le 04/08, pour la plus grosse date de l’événement près de 20 000 personnes se sont rassemblées à l’espace Grammont. L’occasion de profiter de trois scènes extérieures de 10h00 à 00h00, avec les sets exclusifs d’Hernan Cattaneo, John Digweed en B2B avec Sasha, Sven Väth, ou encore l’excellent Carl Cox.

Retour sur cette journée inoubliable !

Arrivés de bonne heure sur place pour ne rien louper de cette belle journée qui s’annonçait, nous en avons profité pour faire un tour sur l’ensemble du site de l’espace Grammont afin de repérer les lieux. Toutes les commodités sont présentes pour accueillir les visiteurs comme il se doit et les immerger dans cet esprit Family Piknik assez unique.

Nous avons pu profiter d’un point de restauration avec une carte assez variée et de produits de qualité ! Une fontaine à eau est disponible pour les festivaliers désirant se rafraîchir. Peut-être que le nombre pourra être augmenté l’année prochaine afin de réduire le temps d’attente devant. Des bars sont disposés tout autour des scènes et le temps d’attente y est correct. Enfin un stand de merchandising vous propose une grande quantité de produits de très bonne qualité par rapport à ce qui peut être proposé dans d’autres événements pour un prix tout à fait raisonnable.

Stand merchandising

Venons-en aux scènes. Au nombre de trois, nous retrouvions tout d’abord la Secret Stage. Petite nouvelle cette année, nous avons adoré l’ambiance dans laquelle elle nous plongeait. Sous les arbres, avec une jauge d’à peine 500 personnes nous avons pu profiter d’une ambiance très intimiste. Guidée par des sonorités plus afro et percussives avec les très talentueux Butch ou Adam Port en B2B avec &Me. Nous nous sommes régalés de la fraîcheur que dégageait cette scène. La qualité du son y était juste incroyable et nous pouvons d’ores et déjà prédire un très bel avenir à cette stage pour les prochaines éditions à la vue du succès qu’elle a eu auprès des festivaliers.

Secret Stage

La seconde scène (Flamingo Stage) était réservée à un son plus progressif. Hôte de Joris Voorn, Hernan Cattaneo ou encore Sasha en B2B avec John Digweed, la proposition artistique était clairement très forte. Là aussi la qualité du son y était incroyable. Il nous a permis de profiter comme il se doit du travail d’orfèvre qu’allaient nous offrir les artistes tout au long de la journée. Visuellement la scène est assez simple. Un écran LED géant derrière les artistes, surplombé par une structure assez haute et prolongée de bambou pour atténuer la froideur des éléments métalliques. Minimaliste certes, mais le travail scénographique réalisé était à la hauteur pour proposer l’immersion qu’on attendait. Peut-être que cette simplicité finie même par manquer dans de nombreux événements ou nous avons parfois l’impression que c’est la musique qui vient en renfort des lumières plutôt que l’inverse…

Flamingo Stage

La Scène Hexis (Mainstage) nous a elle aussi régalé d’un son parfaitement réglé. Pas trop fort sans être trop faible, pas trop sourd sans être criard, il était parfait pour accueillir les géants de la Techno que sont Sven Väth, Carl Cox ou encore Josh Wink. Là aussi la scénographie était assez simple. Bien que plus imposante que sur la scène Flamingo, nous retrouvions une grande structure avec écran led géant derrière les artistes également. A la nuit tombée, nous nous sommes amusés avec la venue de performeurs, présents en groupe, pour un instant de magie avec des tenues dignes des plus beaux comptes de fées, de quoi nous immerger encore plus profondément dans l’esprit si magique de ce festival.

Hexis Stage

Et la musique dans tout ça ?

Tout au long de la journée nous avons pu profiter de l’incroyable plateau d’artistes qui s’offrait à nous. Nous pouvons saluer la belle performance de Mess Salomé en début de journée sur la Flamingo. L’artiste a éveillé nos oreilles afin de nous préparer comme il se doit à la suite.  

Le Flamand rose en chef du festival Tom Pooks nous a offert un très beau B2B avec la légende Josh Wink où les sons Techno s’entremêlaient avec une légèreté bienvenue pour nous accompagner et nous mettre en appétit de bonne heure. Car oui, dans Family Piknik, le pique-nique est essentiel aussi !

Josh Wink B2B Tom Pooks

Après un repas à l’ombre des arbres qui fut l’occasion de faire quelques rencontres avec des festivaliers venus de tous les coins de la France voir de l’Europe, nous avions besoin d’un petit dessert artistique. Il fut aussi copieux que gourmand et servi par La Fleur. La suédoise nous a exposé un set très progressif ou les sonorités House et Techno s’enchaînaient avec une facilité déconcertante. C’est sans hésitation que nous la plaçons dans notre top trois des sets de la journée. D’une joie et d’une énergie communicative depuis ses platines, nous avons passé un super moment à l’écouter et voir sa magie enivrer le public de Montpellier.

La Fleur

Tout juste le temps de digérer que ce bon vieux Sven Väth ramenait sa science sur la scène Hexis pour nous proposer un set dont lui seul a le secret. Toujours accompagné de ses vinyles dont il est inséparable, l’Allemand nous a offert une sélection intéressante. Jouant entre les sons technos plus profond avec des airs quelques fois Trancy et les sonorités Techno plus légères avec une forte influence House. C’est toujours une expérience et leçon musicale que de voir Sven derrière les platines, et quel bonheur de voir un artiste passionné et toujours aussi proche de son public depuis toutes ses années !

Sven Väth

Mais le temps passe à toute vitesse, et la légende Hernan Cattaneo prenait place sur la scène Flamingo pour nous donner lui aussi une leçon à base de progressive. Quel set ! Alors que le soleil baissait progressivement à l’horizon, sur scène des échassiers apparurent comme s’ils sortaient de l’astre lui-même, donnant l’impression que la musique d’Hernan prenait vie sous nos yeux. Nous avons dansé sur des sons incroyablement bien travaillés, d’une finesse absolue et s’enchaînant avec une fluidité incomparable. C’est d’une grande rareté de voir un artiste de son envergure en France et nous ne pouvons que féliciter et remercier les organisateurs de Family Piknik de nous avoir permis de vivre ce moment ! Tout le set fut d’une telle intensité que nous ne pouvons que le placer dans notre top trois également.

Hernan Cattaneo

Alors que le grand Hernan nous régalait, un autre grand monsieur s’apprêtait à monter sur la mainstage pour trois heures de set : Carl Cox. Le King a comme toujours proposé une expérience musicale impressionnante. Jouant sur les sonorités Tech House et Techno tout en galvanisant la foule à coup de « Oh Yes, Oh Yes », il a rempli la scène Hexis à une vitesse incroyable. Pour sa seule date de l’année en France, papa Carl a enflammé l’espace Grammont et beaucoup attendent déjà son retour avec impatience. Vous pourriez pensez qu’il s’agit de la performance qui rejoint Hernan Cattaneo et La Fleur dans notre top trois ? Que nenni, nous n’avions pas encore tout entendu !

Carl Cox
Oh Yes Oh Yes
La magie de Family Piknik pendant le set de Carl Cox

En clôture de la scène progressive, deux autres légendes s’affairaient à nous proposer un autre voyage musical. Plus sombres et plus psychologiques, Sasha et John Digweed ont joués avec la tombée de la nuit pour nous embarquer dans leur univers. Très club, très conservateur et immersif, les deux anciens n°1 du trop 100 DJ Mag nous ont montrés l’aboutissement des années d’expérience et la recherche constante d’une proposition musicale très aboutie. Notre troisième set favori ? Toujours pas ! Un certain Enrico Sanguliano a fait basculer le podium pour son closing de la Mainstage.

John Digweed B2B Sasha

Le bras droit d’Adam Beyer, véritable fer de lance d’une Techno mélodique reconnaissable aux premiers kicks, nous a proposé un set où les sons sombres et euphoriques se donnaient la main pour nous faire danser avec eux. L’ambiance dans la foule n’est pas redescendue après l’énorme performance de Carl Cox, non elle est encore montée d’un cran. L’italien a su jouer quelques morceaux non identifiés aux sonorité Drumcode bien marquées et ses propres productions, déjà devenus des classiques tels que « Astral Projection », « Symbiosis » ou « Moon Rocks ». Il nous a offert le parfait closing d’une incroyable journée !

Enrico Sanguliano clôt la cérémonie

En conclusion cette huitième édition de Family Piknik fut tout bonnement incroyable. L’ambiance de ce festival est excellente et il est difficile de la retrouver ailleurs. Il doit flotter un air de bonheur et de bienveillance dans l’enceinte du parc Grammont sans aucun doute, ou alors peut-être que les organisateurs savent nous plonger dans un univers exceptionnel dont eux seul ont le secret, ce qui rend l’expérience unique et immanquable.

Envie d’en savoir plus sur l’organisation de ce festival ? Nous lui avions consacré une émission spéciale le 15 avril: Emission Backstage du 15 avril 2019 spéciale Family Piknik



Bloc Radio

24h/24

Current track
TITLE
ARTIST

n/a